Dogon blues, partie I : Claire KO !

Publié le par africultureconsciente.over-blog.com

Du 8/02 au 17/02

 

Ségou 020Étendu sur 300 km le long de la falaise de Bandiagara, le pays Dogon est assez vaste et regroupe une multitude de villages. Ils sont perchés au sommet de cette falaise ou blottit à ses pieds.

Il y a donc de nombreuses approches pour découvrir ses hommes, ses us et ses coutumes. Trois jours, deux semaines, un mois, en 4x4, à pied ou à vélo, tout est possible, seule une condition s'impose à tous, le guide! Une sacrée aventure pour trouver la perle rare. Après avoir entendu moult récits de voyageurs relatant des expériences des plus géniales aux plus houleuses, nous appréhendons un peu l'affrontement avec ces messieurs. Car ils sont partout, à Ségou, Djenné, Mopti et quand ils ont repéré le toubab, ils ne le lâchent plus....

Heureusement, des personnes de Ségou nous ont proposé leur ami guide, Ousmane Bah (un jeune de Mopti ayant aussi créé une asso pour la scolarisation des enfants).

Après de longues heures de transport pour le rejoindre, nous nous sommes mis d'accord avec Ousmane sur les modalités du voyage (prix par jour, nombre de nuits, frais de transports aller retour, nombre de km par jour...). Et c'est avec bonne humeur que nous nous sommes levés à six heures, le jeudi 10 pour embarquer vers le pays lointain des dogons.

 

Adri et moi étions dans des dispositions physiques différentes. Bien que tout deux fatigués, j'étais un peu plus au bord du gouffre médical. C'est avec peine que le premier jour, j'ai arpenté le village habité par les premiers dogons. Ségou 003C'est au pied de l'immense baobab du village que l'histoire des dogons a commencé. Réunis autour de l'arbre, huit ancêtres ont décidé de faire de cette terre la leur... Quatre d'entre eux sont partis vivre sur le plateau de la falaise et les quatre autres sont restés dans la plaine. Et moi assis sur les restes de cet héritage, j'ai compris qu'il fallait que je me soigne. Malgré l'air pur, le sourire gracieux du crocodile, animal totem des dogons, ça n'allait vraiment pas. Frissons, courbatures, maux de tête... Un palu se serait il immiscé dans mon organisme robuste et résistant ?

Poussez par la parano d'autres voyageurs, j'ai donc fait un petit tour de moto vers le dispensaire du coin: " Pas de fièvre, madame, tout va bien. Prenez un peu de ci et de ça et dans trois jours normalement tout ira mieux". C'est donc avec joie que je retourne au camp où nous passons une bonne soirée sous le ciel étoilé.

 

Ségou 025Le lendemain est exaltant, les médocs font effet. Je marche avec témérité les six km journalier et grimpe avec panache vers les anciens villages pygmés et dogons( les pygmés vivaient la avant et ils ont fuit à l'arrivée des dogons) construis contre la paroi de la falaise. Anciens greniers à mil, ancienne maison du hogon(chef spirituel du village), du chasseur guérisseur(chaman) et lieu ou l'on garde le masque sacré du Sigui (masque sorti pour une grande fête qui a lieu tout les soixante ans).

Journée paisible dans les campements de la plaine mais le soir la douleur me reprend à vive allure... Sans les médocs, je ne suis rien... Un dispensaire se trouve dans le village, alors je décide de faire le test de la goutte épaisse (test du palu) car je ne suis pas rassurée. Négatif! OUF! Mais ce n'est pas la fête quand même! Je passe la soirée au lit pendant que Ousmane et Adri parle du monde. 

 

Le lendemain ressemble à la veille, les paysages sont toujours merveilleux! Ségou 042Nous sommes sur le plateau, c'est rocheux, escarpé, moins monotone. Mais je me sens toujours patraque. J'essaie de trouver un peu de remède magique dans la pureté des paysages et la grâce des habitants mais rien n'y fait! Arrivée au bout du troisième jours la fièvre me gagne réellement... J'ai l'impression que toute mes énergies s'évaporent et que je vais y rester.. Je fais donc part de mon envie à Adri de rentrer. Je n'ai vraiment pas envie de quitter ses lieux enivrant et de retrouver la saleté de Mopti mais la maladie m'a vaincue...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vir, Fred & Valentin 23/02/2011 23:21


un petit coucou de Cusy... on vous souhaite de rapidement reprendre votre périple!
des bises à tous les 2


Colin 23/02/2011 15:19


salut les routards !! voila un moment que je n'avais pas posé un œil sur votre blog et.. wha ! que d'aventures .. j'avais quand même des nouvelles de Maman Annie mais c pas pareil de vous lire.
malgré ttes les galères et maladies j'imagine que vous en prenez plein les yeux, le coeur. nous aussi d'ailleurs car ls photos sont vraiment belles. continuez bien , bonne route, la bise aux
Africains et tout pleins pour vous.
ps :le baobab est trop bien je veux le même a coté de mon fifi.. ramenez moi une graine !!


Chloé 22/02/2011 19:23


Hey hey

Alors comment va ma jolie blondinette, la santé? Peut etre as tu reçu la sage parole du Baobab mais donne des news qd mm on est le 22 tu as ecris le 19 que tu voulais quitter le pays D.
Ou en etes vous?

un mail dans ta boite mail ;)
douces pensées a vous et a ta santé...